Petit point du jour : dans la série « richesses de la langue française », aujourd’hui le mot connasse

L’autre matin, grand tour de vélo en compagnie du fargussien marcheur, pour l’occasion pédaleur. Entre parenthèses il y a une jolie baisse de niveau d’eau à l’étang de la Tour, pour cause de travaux sur la digue nous a-t-on dit, et du coup ça fait tout drôle de voir de belles plages à canards ou mouettes tout autour ou presque !

Presque arrivés, nous croisons un cycliste. Un mâle, un vrai de vrai avec tout l’équipement du mâle cycliste, moule gambettes et autres. Il croise le fargussien. RAS. Il me croise et éructe un sonore « connasse ! » me laissant baba, les mollets sciés.

Je ne vais pas vous faire un cours sur l’étymologie de ce très joli mot. J’aimerais juste savoir comment et pourquoi il peut sortir comme un jet de mépris ranci de la bouche d’un type que rien ne fait déraper dans sa trajectoire vers l’état d’abruti.

Minute poétique de La fargussienne : « La connasse était nue, et, connaissant mon coeur / Elle n’avait gardé que ses bijoux sonores / Dont le riche attirail lui donnait l’air vainqueur / Qu’ont dans leurs jours heureux les esclaves des Mores. »  Charles Baudelaire – Les fleurs du mal

Minute peinture de La fargussienne : choix de connasses en tableau.

12 commentaires sur “Petit point du jour : dans la série « richesses de la langue française », aujourd’hui le mot connasse

  1. Louise-Augusta est bien jolie et donne de l’éclat au prénom un peu désuet de ma grand-mère.
    La fréquentation des représentantes de cette moitié de l’humanité est pour moi un des sels de la vie et je préfère utiliser d’autres méthodes d’approche : sans doute un manque de confiance en moi 😉

  2. Si la grossièreté aide à la confiance en soi, je rends mon tablier. Surtout ne change rien ! enfin presque ;o)

  3. « C’est celui qui l’dit qu’y est… ». Et oublie vite ce butor !

  4. Mais, cher Sieur de Senlisse, je ne vais pas l’oublier, la prochaine fois que je le croise je lui fiche mon balai de sorcière d’Auffargis dans les miches ahahahaaaaa !

  5. Connasse, désignait au départ et jusqu’au XXe siècle une prostituée de bas étage ou inexperte. Son sens figuré de femme sotte est attesté dès le XIXe siècle.

    je suppose qu’il y a un rapport éthimologique avec le mot « Con » :« Con » est un mot français vulgaire qui désigne à l’origine le sexe de la femme. insulte utilisée en français qui est destinée à identifier une personne comme étant stupide, naïve ou désagréable, de même que ses dérivés « connard » et « connasse ». Con a aussi un emploi impersonnel, souvent dépréciatif. Le mot « connerie » est formé sur le mot « con ».

    bises à toutes les connasses de la chronique.

    irène, la potière connasse.

  6. A la potière et à Fanchette : je n’en attendais pas moins de vous :o) A trois c’est mieux mais en prime je sais que nous sommes beaucoupes, beaucoupes, beaucoupes (au féminin c’est sympa aussi, qu’en pensez-vous, mes chères connasses ?)

  7. Il y en a qui méritent une bonne rossée. Merci pour l’étymologie, tj intéressant.
    amitiés
    bernard

  8. Ca va Bernard B ? Voir ma réponse à mon autre Bernard plus haut. Pas de rossée, juste mon balai dans les miches :o)))

  9. « Ni connasses, ni soumises »,
    on devrait monter un groupe, tiens!

    Merci beaucoup au mec à pied pour son très poétique « sels de la vie ».
    Je me sens toute ragaillardie.

  10. Aaaaaah tu es là ! Belle idée ton groupe. Elirait-on une Fargusfadela ?

  11. Impossible d’écrire tellement je rigole du haut en bas des commentaires; Bon ben je viens m’inscrire au club des « connasses » si y’a encore une place . Quand je vous dis que les cons sont utiles : grâce a Mr Moule-Boules regardez le défilés des commentaires hilarants…. Allez :Merci Mr Ducon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.