L’ost en marche, suite

L'ost en marcheL’invitation à « aller voir » était ICI. Bien entendu, alléchée comme d’habitude par les doux dingues et les passionnés de tout poil, [*] La fargussienne est allée voir, quelques part en forêt pas loin de Gambaiseuil. Un rendez-vous avec un légionnaire romain, genre de choses qu’on ne louperait à aucun prix ! [clic sur l’image pour aller sur le site de l’ost en marche, très sérieusement documenté].

Un peu égarée sur les petites routes mais munie d’une bonne carte et d’un peu de pif, je suis tombée en premier sur une jolie paysanne, un fantassin réjoui, en cotte de mailles, et un civil joyeux, sonneur de trompe (olifant ? ).

Si je ne dis pas de bêtises, la cotte de maille – « tricotée » celle-ci, pas rivetée – pèse dans les 7 kgs, le heaume dans les 5. Ne parlons pas des armes ! J’ai appris des tas de choses sur le lacet en kangourou, sur les bivouacs tente d’époque/peaux de bêtes (6 petits degrés samedi matin !)… Deux boucles le samedi, deux boucles le dimanche, ils font ça deux fois par an et participent à des associations, des reconstitutions etc… Prochain coup ? On va tâcher de leur faire un bout de conduite !

Sourire désarmant, le rude guerrier :o)Le civil tient une lance, pour la photo !Pause pour La fargussienne, merci le soldat !

Arrivée du gros de l'hétéroclite troupeLégionnaire romain à gauche touteLe légionnaire romain pose ses armes

Avant, après...

Ost : en raccourci, armée. Mais dans le détail donné par l’Encyclopedia Universalis : « Terme (en latin hostis) désignant le service militaire féodal dont les dépenses sont à la charge du vassal. L’ost est dû par tout vassal à son seigneur. À l’origine illimité, il est réduit ensuite à quarante jours par an ; parfois restreint à une zone proche du territoire occupé par le fief, il est évalué en nombre d’hommes armés, qui varie suivant l’importance du fief. Les villes y ont été assujetties, parce que toutes proviennent du démembrement d’un fief dont elles amoindrissent la capacité économique : or le fief reste à défendre. Si les clercs, les filles et les veuves, les malades et les vieillards en sont exemptés, ils doivent toutefois verser une somme d’argent en vue d’apporter leur propre contribution à la défense de leur fief. Avec le développement des techniques militaires et l’extension des conflits au niveau national (guerre de Cent Ans), le service de l’ost est apparu comme dépassé dès le XVe siècle, les barons pouvant se retirer avec leurs troupes au milieu d’une campagne si leur temps était accompli. Il est remplacé par le paiement d’une somme, forfaitaire, qui sert au roi à payer des mercenaires et à entretenir une armée de métier… »

[*] sans passion, pas de fargussienne :o)

6 commentaires sur “L’ost en marche, suite

  1. Merci pour votre article dans la Chronique.

    Le bivouac s’est bien passé et nous avons pu dormir correctement la nuit, en tous cas suffisament pour récupérer. Le lendemain nous étions plus nombreux avec notamment un nouvel apport en légionnaires romains. Au final nous avons eu la chance de voir passer un grand et majestueux cerf, impressionant !
    A un de ces jours peut-être !
    Cordialement, Philippe RUDRAUF

  2. Ah…. le légionnaire…. !! Tas t’il aimé toute la nuit ton légionnaire ???
    Je les voyais plutôt dans : Babaorom, Petibonom ,Aquariom… et les voilà sur Auffargispointcom ! Bon au prochain passage des ses doux frapadingom, promis on te suit.

  3. Bah Coquillette les marcheurs ça me connaît :o) Je me suis contentée du mien ! Pour la prochaine marche on se costume et on y va avec Offargis ? Banco !

  4. Hé bien pourquoi pas !! on passerait sûrement un bon moment. Hein Coquillette ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.