JiPé : tarte aux groseilles à maquereau fargussiennes

Préambule. Le maquereau aurait été fargussien que nous aurions écrit « tarte aux groseilles à maquereau fargussien », mais le sens en aurait été lourdement changé. Et le goût itou. Donc il s’agit bien de groseilles fargussiennes, à maquereau. Question annexe : « x » ou pas à maquereau ??? Les avis sont partagés, Sophie ton verdict ?

Chat se passant de recetteNotre cher correspondant permanent sur tous les fronts, Reporter JiPé, nous fait parvenir cette succulente recette qui se passera de chat cette fois-ci, ayant été réalisée dans des contrées fort éloignées de l’épicentre de la Chronique fargussienne…

« Prendre une grande barquette à fraises [*] remplie de groseilles à maquereau. Equeuter ces fruits. Dans une casserole, mettre un bon litre d’eau avec 60 g de sucre. Amenez à ébullition. Y verser les fruits. Quand les fruits sont remontés à la surface et que le liquide veut recommencer à bouillir, sortir les fruits de la casserole avec une écumoire, les mettre dans une jatte et les laisser refroidir. Faite réduire le sirop jusqu’à ce qu’il en reste environ un tiers de litre.

Dans une grande casserole, mettre 3 oeufs avec 125 g de sucre. Sur feu très doux, fouetter vigoureusement avec un batteur électrique jusqu’à obtenir une masse très légère et de bonne consistance. Le volume a facilement été multiplié par 5.
Hors du feu, ajouter 125 g de farine type 55 tamisée, et 50g de beurre fondu pas trop chaud. Incorporer délicatement pour obtenir une masse homogène.

Beurrer un large moule à biscuit, de préférence à fond amovible. Y mettre la pâte, bien étalée. Faire cuire au four préalablement chauffé à 180°C pendant environ 35 minutes. Quand cette génoise est cuite, la démouler sur une grille et laisser refroidir. Chemiser le fond et le bord intérieur du moule de papier cuisson (papier sulfurisé). Y remettre le gâteau refroidi.

Dans une jatte, mélanger soigneusement 2 oeufs avec 80g de sucre en poudre, 22 g de maïzena et 22g de farine. On ne veut pas de moi ici ? Je m'en f........Dans une casserole, amener à ébullition 1/4 de litre de lait avec une gousse de vanille fendue ou de la vanille en poudre. Verser le lait bouillant dans la jatte en fouettant sans arrêt pour bien mélanger le lait et le mélange oeufs sucre farine. Reverser le tout dans la casserole. Cuire à feu moyen en tournant sans arrêt jusqu’à ce que la crème ait épaissi. Enlever du feu et faire refroidir la crème. Quand elle est froide, l’étaler sur le gâteau. Verser les groseilles pochées refroidies sur la crème et les répartir sur toute la surface.

Faites tremper 5 feuilles de gélatine dans un peu d’eau froide. Amener le sirop de pochage à ébullition. Sortir du feu. Ajouter un demi verre de crème de cassis. Dissoudre une par une les feuilles de gélatine après les avoir essorées entre les doigts. Faire refroidir le liquide sans aller jusqu’à la prise de la gelée.
Verser la gelée froide mais pas encore prise sur le gâteau. Mettre au frigi pour au moins 3 heures.

Dans une petite casserole, faire fondre 4 grosses cuillerées à soupe de gelée de fruits avec un peu d’eau (nous avons pris du cactus des Canaries, mais on peut aussi utiliser de la gelée de groseilles ou de coings). Avec un pinceau napper le dessus de gâteau de cette gelée.

Ca peut très bien se transporter à plusieurs centaines de km avant d’être démoulé et dégusté n joyeuse compagnie. »

* PS : pourquoi faut-il prendre une grande barquette de fraises pour y mettre les groseilles à maquereau ????

Tarte de JiPé

8 commentaires sur “JiPé : tarte aux groseilles à maquereau fargussiennes

  1. selon le « trésor de la langue française », la groseille à maquereau n’a pas d' »X », même au pluriel. Toujours selon la même source, si vos groseilles sont mûres, elles ne conviennent plus pour le maquereau. Il faut de la groseille encore bien verte, qu’on prendra soin de peler et d’épépiner.
    Bon courage aux amateurs.

  2. oh! oh! un défi intéressant…
    je vais me fendre d’une petite « technique littéraire » là-dessus dans les mots d’où, alors…
    C’est vrai que dans certains cas, l’expansion du nom pose question:
    une boîte à lettre(s), un tube à essai(s)… on reçoit plusieurs lettres, on fait plusieurs essais…
    Je pars de ce pas à la recherche de la règle exacte 😉

    Merci Hélène pour ce défi 😉
    Sophie

    PS. Je ne connais pas « trésor de la langue française »… Est-ce-que « le villageois » pourrait m’en donner le site? Merci par avance

  3. PS. Cela dit, pas besoin de savoir si l’on met un x ou pas à maquereau pour déguster… même littérairement, j’en ai l’eau à la bouche…
    Tiens, j’ferais bien un atelier d’écriture tout bientôt rien que pour le plaisir de te demander de venir avec une tarte aux groseilles à maquereau… 😉

  4. Ai trouvé ça sur le oueb mais Le villageois confirmera ou infirmera, dès qu’il sera sur le même fil !
    http://atilf.atilf.fr/tlf.htm

    Au plaisir de répercuter ta petite « technique littéraire ». Pour le programme atelier ch’suis paaaaaaaaaartante ô combien ! Pour la tartalagroseillamaqu’ ça m’a l’air quand même plus ardu que les désormais célèbres moelleux aux poires !!!

  5. Réponse du service orthographe de l’Académie Française :
    « … On écrit groseille à maquereau, tel est l’usage, car ces fruits étaient utilisés dans la préparation du maquereau (comme on dit la pêche au maquereau, au singulier également).
    Cette groseille qui est jaune, verte ou rougeâtre et est utilisée comme condiment, s’oppose par exemple aux groseilles rouges ou noires… »

    Nous voilà (r)assurés!

  6. Pfiouuuu ! Entre les trésors de la langue française du Villageois et l’Académie Française de M’dame Fanchette, nous voilà pourvus en règles, normes et intelligence ortho. Maquereau sans X = qui va avec une groseille. Maquereaux avec X = qui récolte le fruit du labeur des groseilles ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.