Au gai laboureur

Labours, octobre 2007

Tous les tracteurs sont de sortie, beau temps doux en prime. Au matin la brume traîne au ras du sol et c’est magnifique. Et l’odeur prenante de la terre fraîchement retournée, mmmmm. Ca sent « comme quand on était petits ». Pas de nostalgie, juste le souvenir de grands bonheurs olfactifs.

Par exemple pour votre fargussienne, buis + soucis + marées = vacances chez les grands-parents paternels, levain + basse-cour = vacances chez un grand-oncle maternel, odeur de rivière + pastis = vacances chez la grand-mère maternelle.

Et pour vous ?

2 commentaires sur “Au gai laboureur

  1. Excellents ces gâtinais ! Merci à la souris à tête chercheuse :o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.