Un, une, des fargussiens au pays du moula-moula

Certains fargussiens aiment passionnément le désert et y retournent. Ils se reconnaîtront. Un certain fargussien de la fargussienne en revient, un tantinet décalé, c’est le moins que l’on puisse dire, et y retournera sans aucun doute ! Quelques magies du Tassili N’ajjer en sud Algérie (passer la souris sur les images pour les titres, cliquer sur les vignettes pour les agrandir) :

Tombeau tumulus dit en trou de serrure, site de Tikoubaouine - Tassili N'ajjer

Caravane, Tassili N'ajjer Champignon de grès - site de Tililine Arche de Tikoubaouine, Tassili N'ajjer Dromadaire, Tassili N'ajjer

Sable et falaises, Tassili N'ajjer

La vache qui pleure

Peinture rupestre de Djabbaren (les géants)

Depuis Akba (col) Aroum, plateau de Djabarren

Guelta d'Essendilène

Le Tassili N’Ajjer, massif de 750 kilomètres de long, se situe à l’extrême sud algérien, à la croisée des frontières avec la Libye (80km) et le Niger (110km). En 1972, le Tassili N’Ajjer est classé Monument Historique National. La même année l’Office du Parc National du Tassili est créé afin de protéger, conserver et mettre en valeur ce patrimoine culturel et naturel. En 1982, l’UNESCO lui donne le titre de Patrimoine Mondial. En 1986, le Tassili N’ajjer est classé Réserve de l’Homme et de la Biosphère.

Idées:

Le Tassili N’ajjer, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO (+ carte)
Sahara néolithique
Futura sciences, passionnant long article sur le Sahara néolithique
Antoine de Saint-Exupéry
Dans le désert
IMA (Institut du Monde Arabe)
UNESCO: Observatoire du Sahara et du Sahel
Djanet
Tamrit – agence de voyage de Baba
La Rahla – Amicale des Sahariens
Festival au désert
Tinariwen
Natural arches, ou les fous d’arches
Théodore Monod « Le désert en tant que tel est très émouvant. On ne peut rester insensible à la beauté du désert. Le désert est beau parce qu’il est propre et ne ment pas. Sa netteté est extraordinaire. On est jamais sale au désert. (…) Le désert est presque impudique, le sol ne s’y montre recouvert d’aucun couvercle végétal. Il montre son anatomie avec une impudeur prodigieuse (…) Le désert appartient à ces paysages capables de faire naître en nous certaines interrogations »

« Au fond, j’aurai été l’un des derniers voyageurs sahariens de la période chamelière. Une secrète mélancolie s’attache aux choses qui meurent, quand on les a beaucoup aimées. Bien sûr, il faut savoir refermer les parenthèses, accepter de se voir relayé, savoir, sur la pointe des pieds, discrètement, disparaître dans la coulisse.

L’exploration méhariste, école de fortitude et d’endurance, a donné, je crois, ce qu’elle pouvait donner. Elle s’est achevée sur quelques performances hauturières que personne sans doute ne reproduira. Son rôle, sans disparaître tout à fait, va perdre l’essentiel de son importance avec l’irruption au désert de techniques nouvelles d’investigation et, surtout, de circulation.

Il faut savoir, bien sûr, à la fin du chapitre, tourner la page et nous la tournerons. Nous n’en conserverons pas moins, nous les Sahariens d’hier, quand notre désert sentira le pétrole, l’ardente et presque douloureuse nostalgie de celui qu’embaumaient les chatons d’or des mimosas, de celui qui arrachait à un Bédouin, perdu au cœur de cette effroyable immensité sans puits, mais devant l’aimable vert-bleu de quelques touffes de hâd sur un sable orangé, ces mots : « trab mounek » … « ah! le beau pays! »

Théodore Monod, Déserts, AGEP, 1988, p.307

Quid du moula-moula ? C’est un traquet à tête blanche, compagnon des voyageurs du désert.

8 commentaires sur “Un, une, des fargussiens au pays du moula-moula

  1. Splendide, enivrant, captivant, ça donne vraiment envie de connaître cet endroit… Si le Fargussien bedouinant veut m’y emmener, j’accours !

  2. J’aime beaucoup Dromadaire et Champignon de grès. C’est bientôt l’époque des morilles ! Très belles photos.
    La balade de ce jour a été bonne, Michel, sa femme et les autres sont très sympas… et je sais désormais reconnaitre la consoude pas encore en fleur…

  3. Merci Olaf, je transmets à l’homme fargussien !
    Morilles ??? Morilles, j’accours !
    Pour la sortie du jour, ravie que tu sois content, il y a plein d’autres à faire – pour qui a de « bons pieds »…

  4. C’est beauuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu! ça donne envie :-p

  5. Merci de ce petit partage, trop belles ses photos, m’étonne pas du « un peu décalé…. ».
    Encore une bien jolie passion … le désert…
    A biencotcot et…merci

  6. Bonjour Kader, bienvenue sur ce blog, merci de votre commentaire, envoyez-nous des nouvelles de Djanet de temps en temps, d’accord ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.