Juglans regia en péril

"…. Chez les Romains, le noyer était l’arbre de l’Enfer et de Perséphone. Au Moyen Âge, le sabbat des sorcières se déroulait sous un énorme noyer proche de Benevento : ce caractère magique provient sans doute du fait que le noyer n’est pas touché par la foudre…" Plus ICI.

Une p’tite poésie ce jour ? Le noyer – Nazim Hikmet

9 commentaires sur “Juglans regia en péril

  1. Ha! non de grâce pas cela, faites quelque chose pour sauver cet arbre.
    « nos petits enants nous haïront » tel était le titre d’un livre dont hélas je ne me souviens plus du nom de l’auteur. Ce livre parlait de la destruction de notre nvironnement. La municipalité actuelle d’Auffargis laissera t-elle, elle aussi son empreinte désastreuse dans votre jolie village!!!!

  2. Juglans Regia va tomber !

    Pas grave, y en a tout plein ds les pharmacies et dans toutes les dilutions :4, 5, 7 , 9, 11, 15, 30 CH….

  3. un tronc d’arbre (un arbre), si je ne m’abuse, ça ne fait qu’une seule place de parking (et encore)….
    ça vaut vraiment pas le coup.
    mais est ce qu’ils savent compter à la mairie? ils croient peut-être que ça fera des places dans la ramure!!?

  4. Ils sont nuls à la mairie!!!! En plus les arbres sur les parking, c’est indispensable en été! Et leur parking il sera tout moche sans arbre et ça n’ira pas avec la ville!

  5. Bon, je suis Ouf : je n’avais jamais vu ce noyer, demain je vais aller lui rendre une petite visite ! Pas vu l’affiche non plu ! Merci aux beaux yeux de la fargussienne

  6. Bonjour
    Je découvre aujourd’hui votre site,bravo, merci pour les infos heureusement que vous étes la !!!! La mairie devrait prendre exemple. Merci et a bientot .

  7. "Mietev" bonsoir ! Etes-vous d’Auffargis ? Merci de votre gentil commentaire ! Je ne pense pas que la mairie se lancerait dans un site aussi fargelu :o))))

  8. Voyons, Monsieur le Maire,
    un peu de panache,
    Nous sommes au pays de Cyrano
    qui, encore hier, jouait à Mauvières.

    Nos rugissantes autos
    sont déjà assez meurtrières.
    Ne leur sacrifions pas
    ce beau noyer centenaire
    qui demain, leur donnera de l’ombre.

    Jadis nos aïeux
    plantèrent les arbres de la Liberté,
    contre la tyrannie.
    Respectons aujourd’hui l’héritier
    de cette antique coutume.

    Un peu de panache,
    évitons l’abattage.
    Conservons ce patrimoine,
    ce témoin du passé,
    pour notre postérité.

    Faut-il toujours détruire
    avant de construire ?
    Un peu de panache,
    sauvons ce noyer vénérable.

    Février 2007 – François Roche – Auteur de "La vallée de Chevreuse en 1900"

  9. Le si beau poème de ce grand et merveilleux poète qu’est Nazim Hikmet me rend solidaire de cet arbre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.