AMAP ou pas AMAP ?

AMAP = Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne = "partenariats de proximité entre un groupe de consommateurs et une ferme, souvent située en zone péri-urbaine, se développant à partir de la vente directe par souscription des produits de cette dernière. Elles sont adaptées à tout type de production, et particulièrement à celle des fruits et légumes.

Dans une AMAP, les consommateurs choisissent avec l’agriculteur les légumes à cultiver, le prix de la souscription, et les modalités de distribution des produits (fréquence, lieu, horaires…). Ensuite, chaque consommateur achète à l’avance sa part de récolte qu’il viendra récupérer pendant la saison de production selon les modalités définies.
En général, une distribution de légumes en AMAP se déroule de la manière suivante : à tour de rôle, un adhérent est responsable de la distribution de la semaine. Il est chargé d’installer les cagettes de produits que le fermier a apportées, d’indiquer sur un tableau la composition du panier de la semaine, et d’accueillir les autres adhérents… Chaque adhérent peut alors composer son panier en suivant les indications au tableau. S’il n’aime vraiment pas un des légumes proposés, il peut le déposer dans le "panier d’échanges" et prendre de ce panier un autre légume. Le maraîcher assiste à la distribution et répond volontiers aux questions des adhérents sur l’avancée des cultures, sur la prochaine sortie à la ferme, etc." Lire plus ici.

Et en Ile de France ? Voir la liste des AMAP IdF sur le site. (Vos reporters d’auffargis.com, très intéressés par la formule "panier à 15 euros par exemple, se sont renseignés auprès de l’AMAP Le Mesnil Saint-Denis mais les distributions reprendront au printemps pour notre secteur. D’autre part nous sommes peut-être aussi près d’une AMAP Essonne. Que diriez-vous d’en parler et de nous grouper ? A suivre donc !)

8 commentaires sur “AMAP ou pas AMAP ?

  1. Bonjour. Pour une fois, je voudrais être sérieux ! Ton sujet est très intéressant et mérite à mon avis un vrai débat. Le principe semble tout à fait viable… mais seulement en théorie et en pratique, il ne se développe que très faiblement depuis plusieurs années.
    De mon point de vue (et j’insiste sur ce pont), ce système de distribution favorise avant tout l’agriculteur qui préfinance sa production, et fait de la vente directte sans supporter aucune charge ou presque.
    Le consommateur, toujours à mon avis, ne peut pas réellement choisir ses produits (ou c’est trop compliqué).
    Par ailleurs, je doute qu’un accord sur le prix puisse être véritablement trouvé entre producteur et consommateur.
    Enfin, quel contrôle avons nous sur les produits utilisés par l’agriculteur (bio, pas bio …) ?
    En conclusion, je ne suis pas favorable au développement des AMAP.. mais on peut en discuter et je peux même changer d’avis. Si, si !

  2. Eskaloo OK ! Bonnes recherches dans ton secteur. Olaf >> merci d’ouvrir la discussion, oui tu as tout à fait raison mais il faut bien commencer par un bout n’est-ce pas ? Pour ce qui est de la qualité bio ou non-bio, les cahiers des charges semblent très précis sur ce sujet. De plus je suppose que nous pouvons "parrainer" de nouveaux producteurs dont nous connaissons le travail ? Tout ceci est à repréciser au fil des expériences, nous n’en sommes personnellement qu’au début (et encore…) La grande idée de base est de favoriser l’agriculture de proximité et il y a beaucoup d’exploitants encore en région parisienne étendue. Ici porte grande ouverte à toutes idées et suggestions, je suis ravie que la porte soit ouverte !

    JT si tu passes par là, donne-nous ton avis d’utilisatrice chevronnée, merci d’avance !

  3. Waouhhhhhhhhh!
    Bonsoir….
    Ce qu’il y a, c’est que j’ai beaucoup à raconter… Une AMAP, c’est toute une aventure et beaucoup de remises en question sur notre mode de vie et de fonctionnement vis à vis de la nourriture!
    Evidemment c’est très different du supermarché où on fait les courses en fonction des recettes envisagées! L’AMAP, c’est un retour à la logique du jardin de famille: quand c’est la saison des haricots, on ne sait plus quoi faire des haricots (alors faut les conserver ou les congeler pour plus tard…) quand c’est la saison des potirons, faut trouver des recettes de potiron, quand il n’ya plus de tomates c’est plus la peine de prévoir une pizza… ETC… Ceci est vraiment bien accepté quand on s’aperçoit que c’est un mode de consommation beaucoup plus logique et raisonnable (les dietéticiens actuellement font beaucoup de travail pour expliquer qu’il FAUT consommer les produits locaux et de saison…)
    Pour moi, c’est un plaisir de découvrir le panier de la semaine et d’inventer les repas qui vont avec. Ce soir j’avais des poireaux, des haricots verts, des carottes, des oignons sec, du basilic, une batavia, du potiron! Tout cela (sauf les oignons) frais cueilli du jour donc d’une richesse en vitamine que le circuit standart des grandes surfaces n’autorise plus.
    J’ai tant à dire et à partager aussi sur la création. En ce moment je travaille à la création d’une nouvelle AMAP *produit laitiers* qui nous permettra de recevoir un panier de produits laitiers pour la semaine (faisselle, gwell, tomme, fromages frais aromatisés). La tomme par exemple sera fourie en fonction de la saison plus ou moins blanche et du lait, de la crème ou du beurre viendront en fonction de la production (et oui, les vaches ne fournissent pas comme des machines, l’herbe varie de qualité avec les saisons….)
    L’échange avec les producteurs est un vrai plaisir partagé. Dans notre Amap, en particulier… Puisque ce sont les adhérents qui partagent les légumes, celui qui a cultivé peu s’asseoir, bavarder, expliquer, ce qui est très différent du marché ou il doit peser, encaisser et veiller à l’ordre des clients! Certes nous sommes solidaires et une tempête de grêle peut anéantir « notre » récolte… Mais n’est-ce pas une logique très humaine que d’être solidaire avec le *voisin* que l’on connait bien avant d’être solidaire avec les gens du bout du monde (et l’un n’empêche pas l’autre…)
    Voilà… Quelques mots qui j’espère seront l’objet d’autres échanges!
    Pardonnez si vous trouvez que c’est un peu en vrac, il est tard et la journée de demain promet d’être chargée!
    En écrivant en privé, je peux communiquer mon téléphone et parler davantage…
    Je vous souhaite de pouvoir tenter l’aventure…. Ca vaut le coup d’y réflechir, en fonction de « notre éthique » de vie, il faut parfois commencer l’action…. Evidemment, ça bouscule un peu notre petit confort… Et ça pose plein de questions….

  4. JT, mille mercis pour tes commentaires, très intéressant d’avoir en direct quelqu’un qui est impliqué à fond. Nous allons voir avec le temps quels commentaires suscite ce sujet puis ferons le point. Aventure plus que tentante mais je crois que dans un premier temps je rentrerais bien dans une AMAP existante pour voir, tester et participer. A bientôt sur ce forum AMAP, continuez à vous exprimer, merci tout le monde !

  5. Bonjour , je tombe par hasard sur cet interessant échange. Je suis paysan fargussien et ça me fait plaisir. En effet une AMAP est une autre approche de la consommation , et une sorte d’engagement. C’est en effet un préfinancement de la production de l’agriculteur(trice) à qui cela donne un grand confort et lui permet de se libérer l’esprit pour se consacrer beaucoup plus à sa production et à la qualité de celle ci. C’est aussi moins de liberté pour le consommateur qui consomme ce qu’on lui offre mais un choix pour des produits de saisons et une meilleure connaissance du produit, de la façon dont il est élaboré et des contraintes de production.
    Plus généralement il me semble que cela encourage le maintien de ferme de plus petite taille et la consommation de produits locaux. Moins de transport pour acheminer les produits et moins d’énergie dépensée. C’est un grand plaisir pour le producteur de connaitre personnellement ceux qui consomment ses produits, d’avoir un retour direct sur la qualité ou les défauts et de sentir que les efforts fournis sont appréciés et reconnus. Le temps dépensé sur une ferme comme la notre pour la démarche commerciale et les livraisons est équivalent voire supérieur à celui consacré à la production. Nous n’avons malheureusement encore pas été contactés par des personnes désirant créer une AMAP locale .

  6. Excellente idée ! Nous est d’accord pour l’achat de légumes directement à l’agriculteur. Chère Fargusienne tiens nous au courant de tes recherches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.