Auffargis, base aérienne pour Passer domesticus


Auffargis, Grande Rue la semaine dernière.

"…Connu de tous, le moineau est si commun que le passant ne daigne plus le regarder, bien que cette petite boule de plumes sautillante, robuste et trapue, mérite toute notre attention. Le moineau domestique adulte mâle a le dos brun strié de noir. Les scapulaires sont châtain. Les ailes sont brunâtres avec des barres alaires blanches. Le croupion est gris. La queue est gris-brun foncé. Les parties inférieures sont plus claires, avec la poitrine et l’abdomen gris uni. En plumage nuptial, le mâle a une bavette noire…" Envie d’en savoir plus ?  Lisez la suite ici.

Voir également le site de la LPO  (Ligue pour la Protection des Oiseaux) et celui de l’indispensable Hulotte (Le journal le plus lu dans les terriers).

Il semblerait que le piaf soit en voie de raréfaction. Pollution, rivalité entre espèces, la question reste pour le moment sans réponse. Avez-vous des informations ?

Extrait d’une dépêche de l’AFP d’avril 2006

"…En Grande-Bretagne, c’est de l’ordre de 90% à 95% des effectifs de moineaux domestiques qui ont diminué dans tout le pays depuis 10 ou 15 ans", indique Frédéric Baroteaux, du Centre de recherches sur la biologie des populations d’oiseaux. "C’est énorme, ils ont quasiment disparu", fait-il remarquer.

Ce constat alarmant a été confirmé par certaines études dans d’autres pays, en Allemagne (50% de diminution des oiseaux à Hambourg en trente ans), en République Tchèque (60% de baisse à Prague en 20 ans), aux Pays-Bas, en Belgique, Italie, Finlande.

En France, Passer domesticus semble suivre la même pente, mais avec un décalage de quelques années par rapport à la Grande-Bretagne et aux autres pays d’Europe, précise-t-on au Muséum : la baisse a atteint 11% entre 1989 et 2003, selon le programme de Suivi temporel des oiseaux communs (STOC). Ce déclin laisse penser que c’est l’environnement immédiat du moineau, donc le notre, qui est affecté, selon les experts.

Car le "Piaf" est l’espèce d’oiseau la plus inféodée à l’homme dont il dépend pour son habitat (nids sous les toits, dans des conduits et cavités de toutes sortes) et sa nourriture (débris, miettes de pain). Paris est d’ailleurs un des bastions de l’espèce.

Or les raisons de ce déclin qui concerne les moineaux des villes comme les moineaux des champs, restent floues. On soupçonne des concurrences d’autres espèces, l’intensification de l’agriculture, les pollutions en tout genre, peut-être certaines ondes électro-magnétiques (ondes radio, ondes portables)….

…Fait troublant,  la baisse des populations de moineaux domestiques survient après la quasi disparition (de 80% à 95% entre 1970 et 2000) d’une autre espèce de moineau autrefois abondant en Europe occidentale, le "Moineau friquet"….

3 commentaires sur “Auffargis, base aérienne pour Passer domesticus

  1. Bonjour. J’ai l’impression que pour les hirondelles, c’est un peu la même chose. A mon avis (plutôt partial), il n’y a guère de doutes quant aux causes…

  2. Les moineaux nichent sous les toits, dans la dernière tuile, ou dans les trous des murs en pierres, mais les tuiles sont bouchées avec du ciment et les vieux murs en pierres n’ont plus de trous. …

  3. Cotcot Ginette ! Oui ils ont des problèmes de logement mais au moins ont le couvert permanent chez toi comme chez nous ! Merci pour eux tous et à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.