Bagué, l’oiseau ? C.R.B.P.O. !

CRBPOCRBPOCRBPO

Bague « métal », bague « fermée » ou marque « couleur », si vous trouvez un oiseau bagué, mort ou vivant, suivez les instructions très précises données ICI par le C.R.B.P.O. (Centre de Recherche par le Baguage des Populations d’ Oiseaux) et LA (U.F.C.S., voir aussi plus bas).

Extrait du site : « Le baguage, pour quoi faire ? …En ornithologie, de nombreuses recherches sont effectuées à partir d’observations et de comptages. Cependant, ces techniques ne permettent pas de suivre individuellement les oiseaux, ce qui est fondamental pour connaître notamment longévités et déplacements. Le baguage reste à ce jour la technique la plus éprouvée pour assurer ce suivi individuel sur un grand nombre d’individus.

Baguer consiste à poser sur le tarse ou le tibia des oiseaux une bague métallique numérotée. Sur chaque bague est gravée un numéro unique et les informations suffisantes pour permettre le rapatriement postal de la bague vers le centre émetteur de celle-ci. Le baguage, lorsqu’il est assuré par des personnes qualifiées, n’altère en rien le comportement des oiseaux. De nombreuses études ont montré que ni la survie, ni le succès de reproduction n’étaient affectées par le port d’une bague.

A titre d’exemple, les bagues utilisées sur les plus petits des oiseaux (15 à 20g) d’Europe pèsent environ 31 milligrammes, celles posées sur les Merles noirs (pesant 90 grammes en moyenne calculée sur 8300 données issues de la base de données du C.R.B.P.O.) pèsent 187 milligrammes, soit un rapport de l’ordre du 500ème.

En France, le baguage existe depuis 1911. Depuis, plus de 6 300 000 oiseaux ont été bagués. Le flux annuel est de l’ordre de 100 000 nouvelles données de baguage, 5 000 données de reprise (oiseaux bagués trouvés morts) et de plusieurs dizaines de milliers de contrôles (oiseaux recapturés et relâchés porteurs de leur bague). Toutes les données récentes sont informatisées et l’informatisation des anciennes données est en cours. En tant que membre d’Euring, le C.R.B.P.O. transmet une copie de ses données de baguage vers la base de donnée européenne (Euring Data Bank, basée aux Pays-Bas). Cette base centralise toutes les données de reprise européennes (au moins 38 centrales de baguage membres à ce jour)… »

Quelques liens :

  • U.F.C.S (Union Française des Centres de Sauvegarde de la faune sauvage)
  • Euring (European bird-ringing – coordination des réseaux européens de baguage d’oiseaux)
  • B.T.O. (British Trust for Ornithology)
  • S.E.O.F. (Société d’Etudes Ornithologiques de France)
  • M.N.H. (Museum National d’Histoire Naturelle)
  • La Hulotte (« le journal le plus lu dans les terriers ») et
  • les clubs C.P.N.
  • et tant d’autres, si vous voulez allonger la liste…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.